top of page
  • jmcdpsy

Apprendre à dire Non

Il est parfois difficile de dire "non" et nous sommes tous passés par cette expérience désagréable lorsqu'un collègue nous invite à une soirée à laquelle nous n'avons aucune envie de participer ou, lorsque ce même collègue, demande de le remplacer un dimanche alors que vous aviez programmé autre chose... A chaque fois, notre désir a du mal à passer avant celui des autres.

Refuser des demandes de manière adéquate et socialement acceptée suppose d'avoir appris à dire "non" sans mal-être ni sensations coupables. Il es fondamental de ne pas se laisser envahir lorsque l'on touche à nos principes et à notre désir profond.

Certains ont plus de facilité que d'autres en ce domaine et agissent de manière assertive, à savoir qu'ils possèdent cette capacité d'entrer en relation tout en respectant le droit des autres en même temps que le leur; ceci implique, bien évidemment, la capacité de dire "non" et d'affirmer nos principes et priorités sans manipuler ni se faire manipuler.

Les raisons qui nous bloquent au moment de dire "non" sont nombreuses. En voici quelques unes:

  1. Peur de la réaction négative ou agressive de l'autre et qui mettrait en cause la relation

  2. L'apparition d'un sentiment de culpabilité à chaque fois que nous donnons la priorité aux demandes des autres au détriment des nôtres et, pour éviter ce sentiment et ses symptômes, on baisse les bras et on cède

  3. Donner une importance démesurée à ce que les autres vont penser, au "qu'en dira-t-on" et donc toujours veiller à ce que les autres possèdent une bonne image de nous: bons collègues, bons parents, bons amis, bons citoyens...

Pourquoi il est important d'apprendre à dire Non?

Bien évidemment, ne jamais dire non provoquera manque d'estime de soi, frustrations ou colère et agressivité.

Arriver à dire "non" renforcera notre sentiment de sécurité en ayant plus confiance et en augmentant notre estime de nous-mêmes en démontrant que nous sommes capables de prendre des décisions autonomes et conformes à nos désirs sans que cela ne provoque de symptôme; c'est ainsi une manière de grandir, de devenir adultes et de savoir que seuls nous pouvons agir en accord avec nous et prendre des décisions correctes (saines vis-à-vis de notre intégrité tant physique que psychique). C'est d'ailleurs une étape importante dans le développement de l'enfant que l'apparition de cette phase dite du "non" où le petit (ou la petite) teste l'entourage et marque son territoire en s'affirmant comme individu à part entière et sujet autonome (ou en voie de le devenir).

Toujours dire "oui", même à des demandes qui s'opposent à nos propres principes, peut provoquer un malaise certain, de l'angoisse et de la frustration.

Dire "non", certes, mais comment?

  1. Le faire de manière claire et directe, sans justifications ni excuses (car cela donnerait des arguments à l'autre qui demande et vous sollicite pour continuer à insister). Il s'agit de résoudre la situation et non pas de la postposer, pas plus que de terminer par changer d'avis et d'accepter.

  2. Rester respectueux et faire preuve d'empathie en nous mettant à la place de l'autre et dire, par exemple: "je comprends bien ce que tu me proposes (ou demandes), mais…"

  3. Offrir (à chaque fois que cela est possible) une alternative qui aide l'autre à résoudre le problème ou la situation qu'il ou elle expose, sans que nous de devions céder sur nos positions

  4. Rester fermes. Il est important de ne rien céder sur notre désir premier, sur ce que nous voulons dire ou faire et, cela, afin de ne pas nous laisser manipuler par les autres en général et l'autre en particulier. Si la situation nous semble susceptible de marcher vers une solution négative ou difficile, on peut toujours recourir au "je comprends bien ce que tu demandes mais j'ai besoin de temps pour y réfléchir" (avec en tête, l'objectif toujours de dire "non")

  5. Soigner sa communication non verbale est un aspect primordial. Maintenir le contact visuel, garder une posture décontractée et une voix qui indique fermeté sans agressivité.

Quelques techniques au cas où l'autre insisterait au point de nous faire douter

  • La technique dite du Disque rayé qui, comme son nom l'indique, consiste à répéter notre décision, dans les mêmes termes, sans énervement ni colère et gardant toujours la communication non verbale exposée plus haut. Par exemple "je suis désolé mais je ne peux faire ce que tu me demandes… Je comprends ta situation mais je ne peux pas…, désolé car comme je te l'ai déjà dit, cela m'est tout à fait impossible…" Cette technique, avec la pratique, nous permettra de ne pas nous emballer au niveau émotionnel et de réussir à dire "non", dans des situations plus difficiles, de manière fluide et naturelle.

  • La technique dite du Banc de brouillard et à utiliser lorsque -cela peut arriver- nous sentons que l'autre fait pression sur nous afin de nous faire baisser les bras et accéder à sa demande, une fois que nous lui avons fait part de notre négative. Dans ces cas bien précis, nous pouvons donner raison sur ce qui nous paraîtrait raisonnable dans les arguments de l'autre mais, encore et toujours, fermés à accepter de dire "oui" à ce que l'autre demande, supplie ou exige. Ainsi, une formule pourrait être celle-ci: "tu as probablement raison", "il se peut que tu sois dans le vrai" mais nous restons fermes quant à notre décision et en laissant bien clairement entendre que nous n'allons pas, jamais, changer d'opinion.



Lectures recommandées pour les débutants:







0 commentaire
bottom of page